ver


ver

ver [ vɛr ] n. m.
• v. 1170; verme « larve » 980; lat. vermis
1 ♦ VER ou VER DE TERRE : lombric terrestre (et tout annélide qui lui ressemble), petit animal allongé au corps cylindrique et mou, dépourvu de pattes. « Il fallait le nourrir [le rossignol] avec des vers de terre tronçonnés et hachés » (Giono). Petit ver de terre. vermisseau. Ver de sable, ver des pêcheurs. arénicole. Loc. fam. Se tortiller, se tordre comme un ver. Être nu comme un ver, tout nu.
Fig. et vx Personne faible et méprisable. « Ver de terre amoureux d'une étoile » (Hugo). « Petit ver de terre, petit mirmidon que vous êtes » (Molière).
2Zool. LES VERS : groupe de métazoaires artiozoaires, au corps mou présentant des segments, constituant plusieurs embranchements, les annélides, les némathelminthes et les plathelminthes. Les vers sont terrestres ou aquatiques, se reproduisent par des œufs ou par bourgeonnement. Vers parasites. helminthe; ankylostome, ascaride, oxyure, trichine. Cour. Un ver : un parasite de ce groupe. (1866) Ver solitaire. ténia. Remède pour chasser les vers. vermifuge. Appendicite causée par les vers. vermineux.
Loc. fig. (mil. XVIIe) Tirer les vers du nez à qqn, le faire parler, le questionner habilement. « Je vous charge d'aller chez un bonhomme lui tirer les vers du nez » (Léautaud). Fam. et vieilli Tuer le ver : boire à jeun un verre d'alcool (auquel la tradition populaire attribue des propriétés vermifuges). « il avait conservé l'habitude militaire de tuer le ver chaque matin » (Maupassant).
3Larve d'insecte, de papillon. chenille. Ver blanc : larve de hanneton. Ver d'eau : larve de phrygane, utilisée comme appât pour la pêche. — (1572) Ver luisant : larve ou femelle de lampyre; luciole. « Dans le creux d'une pierre [...] un ver luisant choyait sa goutte de lumière lunaire » (Larbaud). (1538) Ver à soie : chenille du bombyx du mûrier, qui s'enferme dans un cocon. Élevage des vers à soie dans les magnaneries ( sériciculture) . Fruits pleins de vers. véreux. Loc. Le ver est dans le fruit : la situation ne peut qu'empirer, se dégrader (quand elle renferme des germes de destruction). Ver de la viande, du fromage. asticot. « Partout fourmillaient des vers et des insectes » (Balzac) . « Un meuble que rongent les vers » (Jammes). vermoulu; bupreste, vrillette, xylophage. Mangé aux vers. Fam. N'être pas piqué des vers.
4(v. 1174) Littér. Vermine qui, selon la croyance populaire, ronge la chair des morts. « Le long Remords, Qui vit, s'agite et se tortille, Et se nourrit de nous comme le ver des morts » (Baudelaire).
⊗ HOM. Vair, verre, vers, vert.

ver nom masculin (latin vermis) Animal pluricellulaire de forme allongée, n'ayant aucune partie dure, complètement ou presque complètement dépourvu de pattes. (Trois embranchements : annélides, némathelminthes, plathelminthes, rassemblent l'immense majorité des vers.) Nom usuel désignant divers parasites, surtout intestinaux, de l'homme et des animaux domestiques, agents des helminthiases. Nom usuel donné à diverses larves d'insectes dévorant la laine (mite), le bois (vrillette), les fruits (ver des pommes), les cadavres humains, etc., ou au contraire à des larves d'insectes utiles à l'industrie (ver à soie). Nom donné à certains insectes adultes sans ailes, tels que le lampyre femelle (ver luisant), ou à d'autres animaux invertébrés (ver des digues). ● ver (citations) nom masculin (latin vermis) Philippe Habert Paris vers1605-château d'Émery, près de Valenciennes, 1637 Académie française, 1634 Les trônes et les Rois sont rongés par les vers […]. Le Temple de la mort Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Madame, sous vos pieds, dans l'ombre, un homme est là Qui vous aime, perdu dans la nuit qui le voile, Qui souffre, ver de terre amoureux d'une étoile. Ruy Blas, II, 2, lettre de Ruy Blas à la reine Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 C'est le déjeuner d'un petit ver que le cœur et la vie d'un grand et triomphant empereur. Essais, II, 12 Henry Millon de Montherlant Paris 1895-Paris 1972 Académie française, 1960 Chez l'homme, c'est le papillon qui devient un ver. La Reine morte, I, 3, Ferrante Gallimard William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Un pêcheur amorce sa ligne avec le ver qui s'est nourri d'un roi, puis mange le poisson qui s'est nourri du ver. A man may fish with the worm that hath eat of a King, and eat of the fish that hath fed of that worm. Hamlet, IV, 3, Hamlet William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Le chagrin, ce ver rongeur de la beauté. Grief — that's beauty's canker. La Tempête, I, 2, Prospero ver (expressions) nom masculin (latin vermis) Le ver est dans le fruit, qui porte en lui le germe de sa propre destruction. Familier. Tirer les vers du nez à quelqu'un, lui faire dire habilement ce qu'il voulait garder secret. Ver blanc, larve du hanneton. (Autre nom man). Ver macaque, dermatobie. Ver de farine, larve des ténébrions. Ver fourchu, synonyme de syngame. Ver de Guinée ou ver de Médine, filaire. Ver luisant, nom usuel des lampyres et des lucioles. Ver palmiste, larve des charançons ou calandres (rhynchophorus), qui attaque les palmiers. (Ces larves sont comestibles.) Ver plat, plathelminthe. Ver des pommes, chenille d'un carpocapse. Ver rond, némathelminthe. Ver solitaire, ver plat (classe des cestodes) parasite des mammifères, tel que Tænia saginata et T. solium, parasites à l'état adulte de l'intestin de l'homme. Ver à soie, chenille d'un lépidoptère, Bombyx mori (nom usuel bombyx du mûrier, famille des bombycidés), élevé pour la soie de son cocon. Ver de terre, lombric ; symbole de la plus humble condition. Ver de vase, nom commun à la larve d'un diptère, le chironome, et à un oligochète, le tubifex. Ver de viande, asticot. ● ver (homonymes) nom masculin (latin vermis) vair nom masculin verre nom masculin vers nom masculin vers préposition vert adjectif vert nom masculinver (synonymes) nom masculin (latin vermis) Ver fourchu
Synonymes :

ver
n. m.
d1./d Petit animal invertébré, de forme allongée, au corps mou dépourvu de pattes. (Les vers ne représentent pas un groupe systématique, mais plusieurs embranchements dont certains sont constitués d'acoelomates et les autres de coelomates.)
Ver de terre absol., ver: lombric. Syn. (Acadie) laiche.
Ver solitaire: ténia.
Ver de Guinée: filaire de Médine.
|| Vers plats (plathelminthes), ronds (némathelminthes).
d2./d Larve de certains insectes. Bois rongé par les vers.
Ver blanc: larve du hanneton.
Ver de Cayor: larve d'une mouche (genre Cordylobia) qui s'implante dans la peau de l'homme ou du chien et y forme une sorte de furoncle.
Ver de palmier ou (Afr. subsah.) ver palmiste: larve comestible du charançon du palmier.
Ver de case: larve d'une mouche suceuse de sang.
Ver à soie: chenille du bombyx du mûrier, dont le cocon fournit la soie (V. ce mot). Syn. (France rég.) magnan.
|| Loc. N'être pas piqué des vers.
d3./d Ver luisant: femelle aptère et luminescente du lampyre.
d4./d Loc. fig., Fam. Tirer les vers du nez à qqn, l'amener par des questions habiles à parler, à faire des révélations.

⇒VER, subst. masc.
A. — 1. Petit animal rampant de forme allongée et cylindrique, au corps sans vertèbres et sans membres, mou et formé d'anneaux. Se tortiller, se tordre comme un ver. V. arénicole ex. 2.
Loc. verb. Écraser qqn comme un ver. Abattre quelqu'un de façon impitoyable. Je l'écraserai comme un ver (Ac. 1835-1935). Être nu comme un ver. V. nu2 I A 1 d. Au fig. Se trouver, être dans le plus grand dénuement. Ils m'ont tout pris, ma pauvre Charlotte, ils m'ont laissé nu comme un ver, mes gredins d'héritiers! (ZOLA, Hérit. Rabourdin, 1874, II, 1, p. 171).
2. ZOOL. Ensemble des Métazoaires triploblastiques à mésoderme comportant des animaux sans cœlome (Plathelminthes, Némathelminthes) et des animaux à cœlome (Annélides). Il n'est pas possible de définir zoologiquement le type « Ver ». Les êtres que l'on serait tenté de désigner par ce nom se retrouvent dans dix embranchements, que l'on considère comme les plus primitifs des Métazoaires triploblastiques (La Gde encyclop., Paris, Larousse, t. 59, 1976, p. 12523).
a) [Vers non parasites] Ver (marin). Ver qui vit dans la mer ou le sable. Lorsque le bois est plongé en permanence dans l'eau de mer, il est attaqué par des vers marins (BOURDE, Trav. publ., 1929, p. 214). Ver (de terre). Lombric terrestre. Le lombric ordinaire, ou ver de terre, n'a qu'un long canal [alimentaire], divisé par un très-grand nombre de ces diaphragmes transverses, qui sont même raffermis par des membranes qui les attachent à l'enveloppe extérieure du corps (CUVIER, Anat. comp., t. 4, 1805, p. 142). Un long ver sort de la terre remuée (RENARD, Journal, 1897, p. 423). V. arénicole ex. 1. Ver de vase. V. vase2 A 1.
P. anal. Personne faible, d'humble condition. Madame, sous vos pieds, dans l'ombre, un homme est là Qui vous aime, perdu dans la nuit qui le voile; Qui souffre, ver de terre amoureux d'une étoile (HUGO, Ruy Blas, 1838, II, 2, p. 375). N'en déplaise aux gens sérieux, Dieu est parfaitement capable de faire nommer mère Marie, seulement pour faire plaisir à un pauvre petit ver de terre comme moi (BERNANOS, Dialog. Carm., 1948, 3e tabl., 1, p. 1613).
b) [Vers parasites de l'homme et des animaux]
Ver intestin (vx) ou intestinal, le plus souvent au plur. et non qualifié. Animal de la classe des Nématodes, parasite de l'intestin. Avoir des vers. L'ankylostomiase, sorte d'anémie causée par un ver intestinal, est une maladie transmissible de mineur à mineur d'un même chantier (E. SCHNEIDER, Charbon, 1945, p. 264). V. ascaride ex. 1 et 2 et intestinal ex. de Cl. Bernard.
Ver solitaire. Synon. de ténia. Une troisième espèce de ver est le taenia, qu'on a aussi nommé ver solitaire (GEOFFROY, Méd. prat., 1800, p. 336). Ce malheureux Louis a ou croit avoir le ver solitaire (FLAUB., Corresp., 1853, p. 151).
Loc. verb. fig., fam. Avoir le ver solitaire. Avoir toujours faim. (Dict. XXe s.). Tuer le ver. [P. réf. aux propriétés supposées vermifuges de l'alcool] Boire à jeun un verre d'eau-de-vie ou de vin. Un matin (...) entrant chez la crémière (...) Germinie trouva dans l'arrière-boutique deux ou trois bonnes de la rue qui « tuaient le ver » (GONCOURT, G. Lacerteux, 1864, p. 126).
Ver (de peau, du nez). Synon. de comédon, point noir (v. point1 I A 3). Ver du nez (...) vit dans les glandes sébacées du visage et surtout du nez (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909, p. 390). Loc. verb. fig., fam. Tirer les vers du nez à qqn.
Ver de Guinée. Synon. de filaire. En 1869 (...) Fedtchenko constate le développement du ver de Guinée (...) dans un crustacé (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 416).
B. — Larve d'insecte ou de papillon, parasite ou non de l'homme et des animaux.
1. Ver + adj.
Ver assassin. Larve de dytique. Sa voracité l'a même fait appeler ver assassin, par Réaumur (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909, p. 236).
Ver blanc. Larve de hanneton. Lorsque son plant [du maïs] est tendre il faut craindre, dit-on, La courtilière et le ver blanc du hanneton (JAMMES, Géorgiques, Chant 2, 1911, p. 53).
Ver coquin. Chenille du cochylis de la vigne. Le cochylis ambiguella, le « ver coquin », mangeait les raisins mûrs (HAMP, Champagne, 1909, p. 133).
Ver gris. Chenille de la noctuelle, qui ronge la nuit la base de diverses plantes cultivées. Le ver gris, qui ronge le collet des choux, des laitues et les fait périr, est la larve d'un papillon, la noctuelle des moissons (Lar. mén. 1926, p. 1211).
Ver militaire. Larve d'un moucheron qui se déplace en rampant par bandes réunissant des milliers d'individus (d'apr. La Gde encyclop., op. cit., p. 12522).
2. Ver de + subst. indiquant le lieu où se développe la larve
a) Ver des cerises, des poires, des pommes; ver de viande. Synon. de asticot. Loc. verb. fig. Le ver est dans le fruit. V. fruit1 I B 1.
b) Ver de la farine. Larve des ténébrions. La larve se trouve aussi quelquefois cuite dans le pain. Comme son nom vulgaire (Ver de farine) l'indique, elle vit dans la farine (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909, p. 252).
c) Ver du fromage. Larve (Piophila casei) qui se développe dans diverses denrées d'origine animale. La larve de mouche, appelée vulgairement ver du fromage, se contourne en cercle, se contracte le plus qu'elle peut (CUVIER, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 500).
3. Ver à soie. Chenille du bombyx du mûrier, qui file un cocon formé d'un fil de soie enroulé. Élevage, maladies du ver à soie; graine, œuf du ver à soie; chrysalide, cocon du ver à soie. Qui dit ver à soie dit mûrier, « l'arbre d'or » importé de Naples dont Henri IV fit planter deux mille pieds aux Tuileries (P. GERMA, Depuis quand? 1982, p. 333).
C. — Larve d'insecte qui ronge le bois ou les tissus. Être mangé aux vers/par les vers; piqué des vers. V. manger1 C 1 ex. de Nizan et piquer I C 1 a. Loc. verb. fig. N'être pas piqué des vers. V. piquer I C 1 a.
P. métaph. Le commerce devient ainsi le ver rongeur de la production (L. BLANC, Organ. trav., 1845, p. 97).
D. — Littér. Vermine qui ronge la chair des cadavres, selon la croyance populaire. Ainsi quand le rideau sur moi sera tiré, Que le ver sépulcral m'aura tout dévoré, Qu'importe à mon égard la sotte comédie Que sur le méchant bois des tréteaux de la vie Joueront de vertueux baladins! (BARBIER, Satires, 1865, p. 54).
Rem. Ver est un mot qui a perdu toute signification zoologique et qui devrait être rayé du vocab. sc. Son ancienneté explique sa persistance. S'il a subi des éclipses à certaines époques, il réapparaît toujours, même dans les textes sc. (d'apr. Encyclop. univ. t. 16 1973, p. 723, s.v. vers).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. vair, verre, vers, vert. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 980 verme « larve de certains insectes qui ronge le bois » (Jonas, éd. G. de Poerck, 155); b) 1538 ver à soie (EST., s.v. bombyx); 1512 ver coquin « délire, fantaisie, colère » (GRINGORE, Prince des Sotz, Moralité, I, 261 ds HUG.); 1538 ver coquin « larve qui ronge la vigne » (EST., s.v. volucra); 1556 ver luisant « insecte qui jette une lueur dans l'obscurité » (BELLEAU, Petites inventions, Le Ver luisant de nuict ds Œuvres poét., éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 1, p. 70); c) 1488 [éd.] « remords » (La Mer des hystoires, t. 1, f° 24a ds GDF. Compl.); 2. a) ca 1150 verm « lombric terrestre; tout animal qui offre une conformation analogue à celle du lombric » (WACE, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 1531); 1530 ver de terre (PALSGR., p. 290); b) 1225-30 nu come vers « entièrement nu » (GUILLAUME DE LORRIS, Rose, éd. F. Lecoy, 443); 1611 nu comme un ver (COTGR.); 3. 1174-76 ver « vermine » (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 1459 et 3973); 4. a) fin XIVe s. ver « parasite en forme de ver qui se développe dans le corps de l'homme et des animaux » (Aalma, 7.014 ds ROQUES t. 2, p. 240); 1714 ver solitaire « ténia » (N. ANDRY, De la génération des vers dans le corps de l'homme, p. 81; cf. éd. 1700, p. 90: ce qui [...] l'a fait nommer solium ou solitaire); b) 1405 tirer les vers du né à qqn ,,faire parler, questionner habilement`` (CHRISTINE DE PIZAN, Trois vertus, éd. C. C. Willard, 210, 91); c) ca 1850 tuer le ver « boire à jeun un verre d'alcool » (MURGER ds LARCH. 1859). Du lat. vermis « ver ». Fréq. abs. littér.:621. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 877, b) 1 373; XXe s.: a) 911, b) 608. Bbg. QUEM. DDL t. 14 (s.v. piqué des vers), t. 38.

ver [vɛʀ] n. m.
ÉTYM. V. 1380; verm, v. 1155; verme « larve », 980; du lat. vermis.
A Cour.
1 Petit animal allongé, souvent cylindrique, au corps mou, sans pattes et formé d'anneaux. Annélide. || Les vers rampent, se tortillent. || Vers marins. || En forme de ver. Vermiforme; vermiculaire, vermiculé.
0.1 Dans le langage courant, le terme « ver » désigne des animaux caractérisés essentiellement par une forme allongée, une certaine mollesse, le corps ne comprenant aucun élément dur, ni extérieur ni intérieur, et enfin l'absence de pattes ou la présence de pattes très réduites. C'est pourquoi des animaux aussi différents qu'un ver plat (Ténia), un ver rond (Ascaris), un ver de terre (Lombric), un ver-flèche (Sagitta), un ver à soie (larve de Papillon) et même un ver luisant (Insecte adulte) ont reçu le nom de Vers, mot qui a perdu toute signification zoologique et qui devrait être rayé du vocabulaire scientifique. L'ancienneté du terme démontre toutefois sa persistance; il a subi des éclipses à certaines époques, mais il réapparaît toujours, même dans les textes scientifiques.
Andrée Tétry, in Encycl. Universalis, art. Vers.
Loc. Se tortiller, se tordre comme un ver, sans répit (→ Asticot). — ☑ Vx. Écraser qqn comme un ver, impitoyablement.
(1530). || Ver de terre ou, absolt, ver : le lombric terrestre. || Oiseaux (cit. 4) qui mangent des vers de terre (→ Gallinacé, cit. 1 et 2). || Ver de terre coupé, qui se tortille. || Petit ver de terre. Vermisseau. || Le poète au ver de terre, poème de la Légende des siècles (Hugo).
1 La cage du rossignol sentait la pourriture. Il fallait le nourrir avec des vers de terre tronçonnés et hachés.
J. Giono, Jean le Bleu, IV.
Fig., vx. Personne faible et d'humble condition. || Le vautour s'acharnant sur le ver de terre (→ Abattre, cit. 22). || « Ver de terre amoureux d'une étoile » (cit. 12, Hugo). || Petit ver de terre, petit mirmidon (cit.) que vous êtes. || « Juge de toutes choses (l'homme), imbécile ver de terre » (→ Cloaque, cit. 4; homme, cit. 54).
Ver de sable : l'arénicole (plus cour. ver de vase; aussi ver des pêcheurs).
2 (V. 1380). Animal (ver au sens 3 ou animalcule non identifié) parasite (de l'homme, des animaux).
a Non qualifié; plus cour. au plur. (Emploi non scientifique). Vers intestinaux. || Médecine pour chasser les vers. Vermifuge. || Un grand nombre de maladies étaient expliquées par la présence de prétendus vers, aux XVIIe et XVIIIe siècles. || Cet enfant a des vers, des vers intestinaux. → ci-dessous : ver solitaire, etc.
2 Toutes les affections proviennent des vers. Ils gâtent les dents, creusent les poumons, dilatent le foie, ravagent les intestins, et y causent des bruits.
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, III.
3 Jeanne le priait instamment de se laisser enlever deux vers qui s'étaient logés, paraît-il, sous la peau du front.
Huysmans, En ménage, XI.
b Qualifié. Vx. || Ver de peau. Comédon.
Vx. || Ver spermatique. Spermatozoïde.
Vx. || Vers rinaires, vers nasicoles, « qui s'engendrent dans la racine du nez » (Encyclopédie de Diderot).
(1866, in Année sc. et industr. 1867, p. 298). || Ver solitaire : le ténia.
Loc. fig. Avoir le ver solitaire : avoir toujours faim.
Franç. d'Afrique. || Ver de Guinée. Filaire. Syn. : dragonneau. (En parlant de larves → ci-dessous 3.). || Ver de (ou du) Cayor : larve d'une mouche (Cordylobia), qui s'introduit sous la peau.Ver des cases : larve d'une mouche qui suce le sang humain (aussi ver de case, ver des planchers).
c Loc. fig.(Du sens a).Tuer (cit. 4 et supra) le ver : boire un petit verre.
(Du sens b : vers rinaires, XVIIe; cf. Molière, George Dandin, II, 5). Tirer les vers du nez (à qqn) : faire parler, questionner habilement.
4 Comment, Monsieur, je vous charge d'aller chez un bonhomme lui tirer les vers du nez, et c'est vous qui lui racontez des histoires sur le journal !
Paul Léautaud, Journal littéraire, t. I, p. 352.
3 a (Souvent dans des syntagmes figés). Larve (et parfois forme adulte) d'insecte, de papillon ( Chenille).Ver blanc : spécialt (1771), larve de hanneton (se dit aussi d'autres larves).Ver d'eau : larve de phrygane, utilisée comme appât pour la pêche.Ver assassin : larve de dytique.Vers gris : chenilles des noctuelles.Vx ou régional. || Ver de cœur : chenille d'une noctuelle, qui s'attaque aux potagers (syn. : mamestre).Ver coquin : chenille de la cochylis de la vigne. Ver-coquin.Ver fil de fer : larve de taupin.Vers laineux : phrygane.Ver militaire : larve d'un insecte qui se déplace en colonnes.Ver noir : thrips des olives.Ver palmiste.
(1538). Cour. || Ver à soie : chenille du bombyx du mûrier, qui s'enferme dans un cocon fait d'un enroulement de fils de soie. Magnan (→ Bombyx, cit.; cocon, cit. 2). || Élevage du ver à soie dans les magnaneries (cit. 1). Nourricerie, sériciculture. || Chrysalide du ver à soie, dans le cocon terminé. || Œufs du ver à soie. Graine. || Maladies du ver à soie. Flacherie, muscardine, pébrine (→ Graine, cit. 14). || Des vers à soie [vɛʀaswa]. → 2. Pêcher, cit. 5.
5 Il avait découvert, dans ses albums japonais, un ver de l'Extrême-Orient, un ver tout enveloppé de poils blancs, comme de la soie, un ver charmant, un petit animal d'art enfin, et comme il était vivant, il l'avait mis avec le plus grand soin dans une boîte (…)
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 20 nov. 1874, t. V, p. 124.
(1572). || Ver luisant : luciole; femelle du lampyre.
6 Dans le creux d'une pierre, au bord d'un chemin aux pavés herbeux, un ver luisant choyait sa goutte de lumière lunaire.
Valery Larbaud, Barnabooth, Journal, II, 10 juin.
6.1 Les premières lueurs aperçues par Colomb et qu'il prit pour la côte, provenaient d'une espèce marine de vers luisants occupés à pondre entre le coucher du soleil et le lever de la lune (…)
Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, p. 81.
Ver de, des… : qui se nourrit de…, vit dans… || Vers des fruits, des cerises, des pommes, des poires, des noisettes ( Véreux). || Ver de farine. Ténébrion. || Ver de la viande, du fromage. Asticot.
Franç. d'Afrique. || Ver de palmier : larve comestible d'un charançon qui vit dans le tronc du palmier à huile. Syn. : ver palmiste.
b (Employé seul). Larve d'insecte (surtout lorsqu'elle a une activité destructrice). || Partout fourmillaient (cit. 2) des vers et des insectes. || Vers dans le bois, dans un arbre pourri (→ Grouillant, cit. 1). || Ver qui ronge (cit. 2), mouline le bois. || Un meuble que rongent les vers (→ Dépérir, cit. 7). Artisonné, piqué, vermoulu; vermoulure. || Mangé aux vers, piqué des vers.
Par métaphore. || Ver rongeur.
Loc. fig. Le ver est dans le fruit : qqch. (ou qqn) renferme le germe de sa propre destruction.
N'être pas piqué des vers. Piquer (cit. 7).
Fig., vx. || Le ver : ce qui ronge.
6.2 Heu !… je suis triste !… c'est au point que je ne connais pas dans les murs de Châteauroux un Berrichon plus triste que moi… Ma position n'est pas tenable… je me promène avec un ver dans le cœur… (Au public.) Pardon… avez-vous vu jouer Geneviève ou la Jalousie paternelle ?… Non ?… Eh bien, voilà mon ver !… la jalousie !
E. Labiche, Mon Isménie, 2.
4 (V. 1174). Littér. Vermine qui, selon la croyance populaire, ronge la chair des morts… || Que le ver déjà dévore (cit. 4) cette chair de notre chair. || La corruption et les vers (→ Néant, cit. 6). || Le remords (cit. 5) se nourrit de nous comme le ver des morts.Littér. || L'épopée du ver, poème de la Légende des siècles (Hugo).
7 Et dans ces grands tombeaux où leurs âmes hautaines
Font encore les vaines,
Ils sont mangés des vers.
Malherbe, Imitation du psaume « Lauda anima mea Dominum ».
8 Et puis plus rien; et puis, sortant par mille trous,
Ainsi que des serpents frileux de leur repaire,
Sur le corps froid les vers se mêlèrent aux poux.
— Philippe Deux était à la droite du Père.
Verlaine, Poèmes saturniens, « La mort de Philippe II ».
9 Et ceux-là qui sauront blanchir nos ossements
Les bons vers immortels qui s'ennuient patiemment
Apollinaire, Alcools, p. 168.
10 Mais une fois passé de l'autre côté, hein ? Parce qu'après non ? même chose pour tous : viande à vers. Ha ha ! Alors maintenant, je suppose, lui aussi : complètement bouffé par les bestioles (…)
Claude Simon, le Vent, 1957, p. 70.
B Zool. (Groupe d'animaux invertébrés).
1 Vx. (Hist. sc.). L'une des classes d'animaux de Linné (1735), groupant tous les invertébrés sauf les insectes (en 1773, O. F. Müller y joignit les Infusoria).
REM. En 1809, Lamarck restreint la dénomination en créant la classe des Annélides; puis la classification de Cuvier supprime la classe des Vers, mais le terme est repris par Ehlers (1864).
2 Mod. Ensemble des métazoaires à mésoderme (métazoaires triploblastiques) comportant des animaux sans cœlome, souvent parasites (embranchements des Plathelminthes ou Vers plats, des Acanthocéphales, des Priapuliens, des Némertes, des Némathelminthes) et des animaux à cœlome (embranchements : Annélides, Sipunculiens, Echiuriens).
DÉR. V. Vermi-.
COMP. Ver-coquin.
HOM. Vair, verre, vers, vert.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ver — (vêr) s. m. 1°   Nom donné communément au lombric terrestre et à tout animal qui offre une conformation analogue à celle de ce lombric. •   J ai été jusqu à couper un même ver en vingt six portions, dont la plupart ont repris, et dont plusieurs… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ver — ver, de buen ver adj. atractiva. ❙ «Es una señora aun de cierto buen ver...» C. J. Cela, La colmena. ❙ «Tomo anfetaminas, vivo con mi abuela y estoy de buen ver.» Metal Hurlant, 1981. ❙ «Si es usted una dama de buen ver...» J. Giménez Arnau, Cómo …   Diccionario del Argot "El Sohez"

  • ver — → ver(se). ver(se) 1. Como transitivo, ‘percibir [algo] por medio de la vista’ y ‘mirar o examinar [algo]’; y, como intransitivo pronominal, ‘encontrarse en un determinado lugar, estado o situación’. Verbo irregular: v. conjugación modelo (→… …   Diccionario panhispánico de dudas

  • Ver-T — Nombre público Ver T Tipo DVB T Programación Generalista Propietario Uniprex TV País …   Wikipedia Español

  • ver — VER. s. m. Petit insecte rempant, qui n a ny vertebres, ny os. Un gros ver. un petit ver. ver de terre. il s engendre des vers dans les boyaux. un enfant qui a des vers. de la poudre à vers. de la poudre pour les vers. les vers qui se mettent à… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Ver — or VER may refer to:* Voluntary Export Restraints in international trade * Ver is the Latin word for spring. * Ver (command), a shell command.There are communes that have the name Ver in France: *Ver, in the Manche département *Ver lès Chartres,… …   Wikipedia

  • ver- — [f ] im Verb, unbetont und nicht trennbar, sehr produktiv; Die Verben mit ver werden nach folgendem Muster gebildet: verhungern verhungerte verhungert 1 verwendet, um aus einem Adj. ein Verb zu machen; ver drückt aus, dass jemand etwas in den… …   Langenscheidt Großwörterbuch Deutsch als Fremdsprache

  • Ver — Ver, eine sehr alte Partikel, in der Deutschen sowohl, als allen mit derselben verwandten Sprachen, welche ehedem auch für sich allein üblich war; aber jetzt nur noch in der Ableitung vorkommt, wo sie von einer sehr mannigfaltigen Bedeutung ist,… …   Grammatisch-kritisches Wörterbuch der Hochdeutschen Mundart

  • Ver — ist der Name folgender geographischer Objekte: Ver (Manche), Gemeinde im französischen Département Manche Ver lès Chartres, Gemeinde im französischen Département Eure et Loir Ver sur Launette, Gemeinde im französischen Département Oise Ver sur… …   Deutsch Wikipedia

  • ver... — ver...: In dem Präfix »ver...« (mhd. ver , ahd. fir , far , mnd. vör , vor ) sind mehrere Vorsilben zusammengeflossen, die im Got. als faír »heraus «, faúr »vor , vorbei « und fra »weg « noch getrennt sind, vgl. z. B. die außergerm.… …   Das Herkunftswörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.